INFOS LOCALES

Contribution PLU de François Ravenet

807b6c9d 3d4e 4cc5 b5c2 458821d540a3

Inondations 23 et 24 octobre 2019 à Pezenas

E2946ddb 21e5 4bda adeb bc23df5583c4

0c67f86a d78d 4882 9699 5e3385301c38

Ff788846 93fe 431f 9416 6941188bd59c

26c4740d 55dc 4b32 b6b3 398a00db7911

12e008c7 282a 436b 97d0 663edfc23417

A2b10761 ca90 419a 9362 810173ce25b3

Eb469687 29e7 4623 9792 6fa6940279fc

Soutien à Lila et Omar


SIGNEZ LA PÉTITION 

http://chng.it/MVs64wGt

 


SOUTENONS LILA ET SON ENFANT OMAR
Rahal, médecin au Maroc, et son épouse Lila ont un enfant, Omar. Omar a dix ans, il est handicapé, autiste. Rahal et Lila ont cherché partout, au Maroc, des institutions spécialisées, des écoles, qui puissent apporter de l'aide à leur enfant, en vain. Omar a même subi des maltraitances à l'école.
Alors, comme tant d'autres personnes désespérées qui croient que l'Europe, la France va les aider, comme le roi du Maroc qui vient se faire soigner en France, Lila est venue avec Omar à Pézenas, où elle a de la famille. Ils étaient déjà venus pour consulter des spécialistes, faire des examens.
Lila, qui avait un visa pour venir légalement en France, a demandé à la sous- préfecture, comme c'est la loi, un titre de séjour pour parent d'enfant handicapé. Elle ne parle pas français, son mari du Maroc paie le loyer, gère les documents et les nombreuses démarches. Omar va à l'école tous les après-midi, est suivi par des médecins, une aide de vie scolaire, une orthophoniste, il adore l'école, il a fait des progrès. Lila a des rendez-vous dans des institutions spécialisées.
Etrangement, une notification de refus de sa demande de titre de séjour, envoyée en recommandé, ne lui est jamais arrivée... Et les gendarmes l'ont convoquée, Lila, à son grand désespoir, est menacée d'expulsion.
Des amies marocaines bilingues la soutiennent, un collectif de soutien s' organise, nous étions une quinzaine devant la gendarmerie le Vendredi 29-01, alors qu'elle était convoquée par la gendarmerie, qui l'a retenue de 8h30 à 12h, refusant de laisser entrer avec elle son enfant Omar, disant « nous ne sommes pas une garderie », et la menaçant d'enfermement en centre de rétention, ou d'expulsion, menottée entre deux gendarmes. Et mon enfant ? Nous dit-elle !
Que se serait-il passé pour lui si nous n'avions pas été devant la gendarmerie, chose qui bien sûr nous a été largement reprochée ?
Rahal a saisi un avocat de Montpellier qui va demander au préfet un recours à cet ordre inhumain de quitter le territoire français.
Il faut que, comme pour le jeune boulanger de Fabrègues, comme pour un autre jeune boulanger dont le patron s'est mis en grève de la faim pour que le préfet, qui en a le pouvoir, le régularise, toutes les personnes qui ont l'amour de l'humanité se mobilisent pour soutenir Lila et Omar.
PEZENAS, NOTRE VILLE, ACCUEILLERA LILA ET OMAR,
ILS SONT LES BIENVENUS, ILS ONT LEUR PLACE PARMI NOUS
OMAR DOIT ÊTRE SUIVI CORRECTEMENT ET RECEVOIR LES SOINS NECESSAIRES

824413bf ca3b 46a5 8827 8c55e439858c

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire